Please return following links to the footer:
Designed by SMThemes.com, thanks to: Free WordPress themes, Thrombo and Theme.Today
Thank you for visiting 4ugeek.com
4UGEEK.COM
Geek Power
Test de Operation Abyss : New Tokyo Legacy
Operation_Abyss_New_Tokyo_Legacy_4ugeek_b

Test de Operation Abyss : New Tokyo Legacy

La PS Vita accueille un nouveau titre qui devrait réjouir les fans de dungeon crawlers avec Operation Abyss : New Tokyo Legacy. Mais, qu’apporte le titre édité par NIS America au pays des Dungeon Japan-RPG ? Réponse dans notre test complet de Operation Abyss : New Tokyo Legacy.

Operation Abyss : New Tokyo Legacy est un jeu de type dungeon crawler dans la lignée d’Etrian Odyssey ou d’Unchained Blades mais aussi d’un certain Demon Gaze. Tout comme ce dernier, il a d’ailleurs aussi été développé par le studio nippon Expérience Inc.

Operation_Abyss_New_Tokyo_Legacy_4ugeek_b

Pétoches garanties

Le jeu débute alors que votre personnage se réveille dans la quasi obscurité dans les égouts. Entouré de corps ensanglantés, vous ne tardez pas à découvrir un personnage qui vous est inconnu. Faut il lui faire confiance ? Une fille ne tarde pas également à faire son apparition, tuant accessoirement un crocodile géant. Le ton est donné : on est dans un jeu qui emprunte au manga horrifique. La première heure relève d’ailleurs plus du visual-novel que d’un dungeon crawler.

Operation_Abyss_New_Tokyo_Legacy_4ugeek_h

C’est aussi l’occasion d’en apprendre un peu plus sur les mécaniques du jeu au gré d’un tutorial. Il faudra ensuite comprendre les choses par soi-même. Précisons que le jeu est en anglais, même s’il n’est pas nécessaire de parler un anglais littéraire pour le comprendre.

Dans Operation Abyss : New Tokyo Legacy, on comprend rapidement que ce ne saura pas une promenade de santé. Et pour cause, on va faire la connaissance d’un certain Kenichi Kanzashi en charge de l’Hinowa Academy mais aussi du Code Physics Agency (CPA). Il dirige cette agence dont le seul espoir repose dans l’escouade baptisée Xth Squad. Espoir de venir à bout des Variants, des monstres modifiés génétiquement, qui font peser une menace sur Tokyo et plus globalement sur l’humanité. Ces créatures sont arrivées sur Terre depuis l’Abysse via des portails.

Le jeu se déroule d’ailleurs à Tokyo dans un futur proche.

Voilà pour le scénario qui, à défaut de faire dans l’original, est d’une efficacité redoutable. Pour peu que vous soyez fans de manga horrifiques, vous y plongerez à pieds joints.

Il va s’agir de diriger un groupe de 6 individus.

Operation_Abyss_New_Tokyo_Legacy_4ugeek_g

Patte graphique et gameplay bien huilé

Si techniquement le jeu ne met pas à genou la PS Vita, il se présente dans un style graphique très réussi. L’exploration dans les donjons se fait en 3D mais les autres tableaux sont en 2D. Les illustrations sont signées par Tetsu Kurosawa et Oxijiyen. C’est somptueux et conjugué à l’écran OLED très contrasté de la PS Vita, il y a de quoi être subjugué. L’occasion aussi d’une immersion dans cet univers où les monstres vous glacent littéralement le sang.

Le jeu pioche aussi dans l’histoire avec un grand H puisque la Code Physics Agency a réussi la gageure de créer les « Blood Codes » (« codes Sanguins ») de différents illustres personnages tels que Léonard de Vinci, Jeanne d’Arc ou encore Hattori Hanzō (un samouraï japonais très célèbre). Ils permettent d’hériter de compétences et de pouvoirs spéciaux. On choisit parmi un de ces codes sanguins avant d’opter pour une classe de personnage parmi 10 proposées. Du très classique, même si certaines classes sortent des sentiers battus.

Venons en au système de combat du jeu. S’agissant d’un dungeon crawler, on va gravir les étages et affronter les créatures qu’on y rencontre avant de devoir en découdre avec le boss final au dernier étage. Les combats se font au tour par tour avec des attaques de base ou bien groupées mais aussi la possibilité d’opter pour la défensive, des soins via l’inventaire ou encore des sorts actifs ou passifs. Au gré des différents donjons, on pourra trouver çà et là des messages laissés par d’autres joueurs (comme dans Bloodborne ou les Dark Souls avant lui). Le bestiaire des créatures est plutôt étoffé.

Dans Operation Abyss : New Tokyo Legacy, le crafting est essentiel. Les combats menés dans les donjons permettent de récupérer de l’XP mais aussi de collecter des matériaux ou différents objets. On peut les combiner afin d’obtenir des armes, des objets ou encore des potions. Les Growth Points (monnaie du jeu) vous permettront également de vous équiper dans la boutique du CPA.

Operation_Abyss_New_Tokyo_Legacy_4ugeek_j

Conclusion

Si le jeu repose sur une recette maintes fois exploitée, il réussit à introduire de nouveaux éléments qui la bonifient et apportent un peu de fraîcheur au genre.

Dommage que l’interface ne soit pas plus ergonomique. Ceci étant dit, on finit par s’y faire et à profiter pleinement de ce titre qui vous garantit une immersion d’une quarantaine d’heures dans ses donjons. La PS Vita gagne un nouveau titre exclusif qu’il serait dommage de louper. Espérons que le public saura l’accueillir comme il se doit, histoire que NIS America continue à nous gratifier de ces petites perles en provenance du Japon. Les consoles portables démontrent une nouvelle fois qu’elles sont là pour accueillir ces jeux de rôle qu’on aime tant.

Pour aller plus loin

Pour les aficionados d’éditions collector, sachez que NIS America en a sorti une pour ce jeu. Elle contient :
– Le jeu Operation Abyss: New Tokyo Legacy pour PS Vita
– un art-book de 112 pages
– la bande originale du jeu comprenant 16 titres
– une boîte collector

Operation_Abyss_New_Tokyo_Legacy_4ugeek_a

3 comments to Test de Operation Abyss : New Tokyo Legacy

  • Stevou  says:

    donne franchement bien envie

  • DandyWarhol  says:

    perso. j’avais été déçu par demon Gaze
    et celui la semble assez proche

  • ZubiArty  says:

    heureusement qu’il y a des éditeurs qui proposent ces jeux :)
    sinon on jouerait tous exactement aux mêmes jeux

    j’allais oublier : vive la PS Vita qui est loin d’être morte
    contrairement à ceux que disent les gros sites JV

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>