Please return following links to the footer:
Designed by SMThemes.com, thanks to: Free WordPress themes, Thrombo and Theme.Today
Thank you for visiting 4ugeek.com
4UGEEK.COM
Geek Power
Test : Deception IV : The Nightmare Princess, plus machiavélique, tu meurs
Deception_IV_The_Nightmare_Princess_4ugeek_a

Test : Deception IV : The Nightmare Princess, plus machiavélique, tu meurs

Connue sous le nom de Kagero au Japon, la série des Deception hérite d’un nouveau volet avec Deception IV : The Nightmare Princess, le premier jamais sorti sur PS4. Alors, faut-il foncer ? Réponse dans notre test complet.

S’il emprunte le nom de Kagero au Japon et de Trapt aux Etats-Unis, c’est sous le nom de Deception qu’il est connu dans notre pays. La franchise qui s’inscrit dans le genre action RPG s’illustre avec un quatrième volet baptisé Deception IV : The Nightmare Princess. Il s’agit du premier opus de la série à sortir sur PlayStation 4 (version testée). Il est également disponible sur PS3 et PlayStation Vita en version dématérialisée.

Deception_IV_The_Nightmare_Princess_4ugeek_b

A la baguette, on trouve bien entendu l’éditeur Koei Tecmo qui nous avait déjà gratifié de l’excellent Deception IV : Blood Ties sorti en mars 2014. D’ailleurs, The Nightmare Princess offre la possibilité d’importer sa sauvegarde de Blood Ties.

On trouve aussi des liens ténus entre les trames scénaristiques de ces deux opus. Dans Blood Ties, on incarnait Laegrinna, fille du diable, épaulée par trois servantes (Lila, Caelea et Veruza), chacune étant associée à une catégorie de piège bien précise. Les 4 démons au charme certain avait alors pour tâche de ressusciter le diable.

Dans The Nightmare Princess, place au personnage de Velgyrie qui n’est autre que la soeur de Laegrinna et par conséquent la seconde fille du diable. La princess cauchemar se réveille dénuée de ses pouvoirs mais pouvant compter sur l’automate Ephemera.

Tout un programme qui consiste ici à disséminer des pièges dans le niveau afin d’orchestrer l’élimination des ennemis de la plus belle manière qui soit. Car dans le jeu, éliminer ses ennemis est loin d’être suffisant. On gagne en effet des points suivant la manière de les occire. C’est tout le postulat de base de ce titre qui propose pas moins de 170 pièges classés suivant plusieurs catégories (élégant, sadique et humiliant). Les vidéos explicatives de début de niveau sont donc les bienvenues. Et ce d’autant plus que l’aspect scoring est central avec notamment des limites de temps imparties, l’utilisation imposée du décor ainsi que le nombre de combos imposé.

Deception_IV_The_Nightmare_Princess_4ugeek_d

Un scoring qui impose de s’y reprendre à moult reprises pour s’octroyer toutes les récompenses. Les fans se scoring seront aux anges, tandis qu’une certaine frustration et lassitude pourra poindre chez d’autres.

Il n’en reste pas moins que les personnages ont des atouts de charme auxquels on ne restera pas insensible. Un charme qu’on ne retrouve pas forcément dans les graphismes trop inégaux suivant les niveaux. L’IA est également perfectible avec certaines trajectoires d’ennemis fréquemment aléatoires. Précisons aussi que certains niveaux sont aliénés à d’autres et nécessitent de ce fait des aller-retour. Frustrant ou bien gratifiant, c’est au choix suivant votre état d’esprit.

Malgré ces écueils, Deception IV : The Nightmare Princess ne manque pas d’humour… noir bien entendu avec des finnish souvent sadiques certes mais aussi drôles.

Avec pas moins de 100 stages pour le scénario de Velgyrie, le titre de Koei Tecmo offre aussi une durée de vie plutôt bluffante. Et ce d’autant plus qu’il intègre également l’histoire de Blood Ties décomposée en 12 chapitres et quelques cents missions annexes.

Ajoutons à cela la présence d’un éditeur de niveaux qui permet de créer ses propres niveaux ou bien d’en télécharger d’autres si vous n’avez pas l’esprit suffisamment tordu.

Deception_IV_The_Nightmare_Princess_4ugeek_c

Conclusion

On aurait aimé que Koei Tecmo accomode un peu plus ce nouveau volet de Deception à la sauce Next Gen. On ne boudera toutefois pas son plaisir de replonger dans l’univers de ce jeu si singulier que Machiavel en personne n’aurait pas renié. Malgré quelques écueils Deception IV : The Nightmare Princess arrive tout de même à nous emballer et nous séduire avec en particulier sa durée de vie incroyable. Allergiques au scoring s’abstenir toutefois.

3 comments to Test : Deception IV : The Nightmare Princess, plus machiavélique, tu meurs

  • PatchPerfect  says:

    alors déception finalement ? 😉
    j’avoue hésiter

  • DandyWahrol  says:

    un jeu sadique, voilà qui est bien original

    j’adhère… de loin quand même, histoire de ne pas me découper en tranches de saucisson

  • DandyWahrol  says:

    moins bon que Blood Ties

    c’est presque un DLC de ce jeu d’ailleurs

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>