Please return following links to the footer:
Designed by SMThemes.com, thanks to: Free WordPress themes, Thrombo and Theme.Today
Thank you for visiting 4ugeek.com
4UGEEK.COM
Geek Power
Test : Disgaea 5 : Alliance of Vengeance
Disgaea_5_4ugeek_a

Test : Disgaea 5 : Alliance of Vengeance

La série Disgaea déboule sur PS4 avec un volet intitulé Disgaea 5 : Alliance of Vengeance. Faut-il craquer pour ce Tactical-RPG ? Réponse dans notre test.

Le premier Disgaea est sorti au Japon en 2003 sur PS3. Depuis, la série a su fédérer les fans de T-RPG dans le monde entier. Avec son système de jeu complexe et mais aussi très complet, elle restait toutefois cantonnée à une sphère de joueurs initiés à ce type de jeu. Le passage à la console PlayStation 4 se traduit-elle par une plus grande ouverture ? Et qu’apporte ce 5ème opus ?

En premier lieu, le renouvellement passe par de nouveaux protagonistes puisque Nippon Ichi Software a choisi de délaisser les anciens qu’on avait pu croiser dans les volets précédents. Ces personnages devraient toutefois se rappeler à votre bon souvenir au gré de futurs DLC.

Dans Disgaea 5 : Alliance of Vengeance, on fait tout d’abord connaissance avec Séraphine, la princesse du sous-monde glamoureux qui se trouve en mauvaise posture face au terrible empereur Dark Void. Ce dernier désire envahir tous les sous-mondes.

On fait ensuite connaissance du jeune démon Killia qui vient à la rescousse de Séraphine pour bouter l’ennemi.

Disgaea_5_4ugeek_c

Bon an mal an, nos deux protagonistes font faire équipe et tenter de convaincre les overlords des sous-mondes d’épouser leur cause. Pour rappel, les overlords dirigent les sous-mondes du Netherworld, une forme d’enfer où règnent les démons.

On est dans un pur RPG japonais stratégique et tactique. On retrouve des éléments propres aux animés et autres manga japonais avec le chara-design spécifique, le type de narration, des dialogues aux punch-lines truffées d’humour… Il y aussi les effets spéciaux des attaques qui sont l’occasion de véritables feux d’artifice visuels.

Voilà pour la toile de fond et le genre.

Disgaea s’inscrit à cet effet dans la droite lignée des opus précédents.

On pouvait s’attendre à ce que les développeurs exploitent la puissance de la PS4. Ce n’est pas vraiment le cas. Certes, le jeu est très beau et il y a plus de détails et plus d’ennemis simultanément à l’écran. On reste sur des plans en 3D isométriques et la PS4 n’est clairement pas poussée dans ses derniers retranchements. Mais, est-ce si grave ?

Disgaea est avant tout un jeu aux mécaniques de gameplay parfaitement huilées. Et dans ce compartiment, il est difficile de trouver un jeu aussi riche. C’est à nouveau le cas ici avec Disgaea 5.

On reste dans un système au tour par tour qui fait d’ailleurs penser à celui Fire Emblem, pour ceux qui connaissent.

Chaque personnage est tout d’abord associé à une classe (sorcier, combattant, dragon, zombie, voleur…) et dispose de ses propres armes, maléfices, coups spéciaux et autres techniques. Il peut transporter simultanément jusqu’à 2 armes et jusqu’à 4 objets et armures.

On peut faire gagner de l’XP aux personnages mais aussi aux armures, armes, objets et attaques spéciales. Mais, la contrepartie de booster ses pouvoirs est le coût en PC. Tout est donc histoire d’équilibre et de réflexion.

Car, il faut bien dire que la multitude des possibilités offertes invite clairement à la réflexion.

Ainsi, suivant les affinités entre les personnages, on pourra déclencher des attaques à 2 ou 4 personnages. Des attaques en chaîne sont également permises.

Quant aux monstres, ils peuvent tout simplement fusionner avec les armes des personnages humanoïdes pour des attaques ultra dévastatrices. Par la même, les personnages associés à cette fusion gagneront des points d’XP. Durant les joutes, on peut aussi soulever et lancer des ennemis.

Il y a aussi ces cases colorées liées à des géosymboles qui offrent des bonus ou bien des malus à toutes les unités qui se trouvent sur les cases de la couleur.

Dans Disgaea 5, il est aussi possible de conférer à des unités des spécificités.

Il y a aussi maintenant une jauge de vengeance qui se remplit lorsqu’on attaque des ennemis. Une fois remplie, elle permet de faire entrer le personnage dans un état de fureur, synonyme de dégâts démultipliés. Si le personnage en question est un overlord, dans cet état, il gagne des capacités spéciales très dévastatrices.

Dans Disgaea 5, il y a également un nombre incroyable de missions. En revanche, les modes en ligne sont réduits à la portion congrue.

Difficile de lister toutes les possibilités offertes par le gameplay. Mais, vous l’aurez compris, il est d’une richesse incroyable.

Disgaea_5_4ugeek_b

Notre verdict

Disgaea 5 : Alliance of Vengeance conserve l’ADN de la série. Les mécaniques de gameplay ont été portées aux nues. En conséquence de quoi, le jeu nécessite un très grand investissement en nombre d’heures. Si la série aurait pu s’ouvrir à d’autres joueurs avec son passage à la PS4, ce n’est pas le cas et c’est entièrement assumé par Nippon Ichi Software qui nous propose là un T-RPG d’une très grande profondeur. Gratifiant mais exigeant. C’est ainsi qu’on peut résumer Disgaea 5 : Alliance of Vengeance.

3 comments to Test : Disgaea 5 : Alliance of Vengeance

  • DandyWahrol  says:

    superbe série effectivement
    mais à réserver aux fans du genre, il faut bien le dire

  • Loovie  says:

    @DandyWahrol : je suis d’accord avec toi
    mais dommage quand même qu’il n’y ait pas beaucoup d’évolutions
    j’aurais aimé un jeu plus beau, plus next gen quoi
    là, le gameplay reste top mais sent quand même un peu la naphtaline

  • Aliendé  says:

    vous avez oublié de dire qu’une démo est dispo sur le PSN
    ça permet à ceux qui ne connaissent pas de se faire une idée du jeu et du genre particulier qu’est le Tactical RPG.

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>