Please return following links to the footer:
Designed by SMThemes.com, thanks to: Free WordPress themes, Thrombo and Theme.Today
Thank you for visiting 4ugeek.com
4UGEEK.COM
Geek Power
Test : Dishonored 2
dishonored-2_a

Test : Dishonored 2

Après un premier opus sorti il y a maintenant 4 ans de cela, Arkane Studios lance Dishonored 2. L’heure de la consécration a-t-elle sonné ? Réponse dans notre test complet.

Il est peu de dire que Dishonored avait été salué, voire encensé par la critique, lorsqu’il est sorti il y a 4 ans de cela. Si on ne peut parler véritablement de succès commercial, le jeu avait posé les jalons d’un certain renouveau dans le domaine des titres à la 1ère personne.

Il donc également peu de dire qu’Arkane Studios, le studio de développement (le jeu étant édité par Bethesda Softworks), était attendu au tournant avec ce nouveau volet. Le studio français devait confirmer l’essai.

Dans le premier opus, on on incarnait Corvo Attlano, protecteur de l’opératrice Jessamine Baldwin. Il avait déjoué in complot qui avait ébranlé l’Empire de Dunwall après l’assassinat de celle-ci. Il avait également sauvé Emily, sa propre fille, afin de lui permettre de reprendre le trône.

On retrouve Corvo et Emily 15 ans plus tard.

Delilah, une inquiétante sorcière et demi-soeur de feu l’impératrice, s’est auto-proclamée impératrice et tente de capturer Corvo. Dans on dessein elle est épaulée par le Duc de Serkonos et ses gardes mécaniques.

dishonored-2_c

On va rapidement devoir choisir entre incarner à nouveau Corvo ou bien Emily.

dishonored-2_e

Après s’être échappé de Dunwall, on embarque pour Karnaka à bord du Dreadful Wale. Ce dernier sera le hub durant tout le jeu.

Karnaca devient le cadre principal de ce nouveau volet.

Sachez que la cité constitue une pure merveille en matière de level design. Le joueur y est libre d’évoluer parmi les ombres et d’explorer la ville.

L’aspect découverte vous laissera explorer l’environnement durant de nombreuses heures, en quête de documents, de runes ou encore d’items.

Il faudra toutefois être sur ses gardes face aux multiples pièges mortels et aux mouches de sang qui ont envahi la ville et qui n’hésiteront pas à vous poursuivre au moindre bruit.

Les deux personnages permettent différentes choses. Corto connaît parfaitement la ville de Karnaca puisqu’il y est né, alors qu’Emily découvre la cité. Cela change la donne au niveau des dialogues notamment.

Par ailleurs, Emily apporte ses pouvoirs. Il n’y a toutefois pas de différences dans l’ordre des missions.

Seuls l’approche et nos choix permettent de varier le déroulement de l’histoire et ses conséquences.

Sachez également que le jeu propose un didacticiel pour s’habituer aux mécaniques de gampelay du jeu.

Si Emily a hérité des techniques de combat enseignées par son père, elle dispose également d’un grappin qui lui permet de se mouvoir. Il y a aussi (et surtout) le Domino, ce pouvoir qui lui donne la possibilité de lier plusieurs adversaires pour leur faire subir un sort commun. Emily va également pouvoir contourner les ennemis en se transformant en ombre rampante, avec comme objectif de les prendre à revers. Mais, stop aux spoilers sur les pouvoirs d’Emily, dont la découverte fait partie intégrante du plaisir du jeu.

dishonored-2_b

Dishonored 2 est généreux dans ce qu’il offre. Comptez en effet une vingtaine d’heures en ligne droite. Mais, il serait bien dommage de l’appréhender ainsi. Si on prend le temps d’explorer tout, on peut passer à 30 heures

C’est bien entendu sans compter sur la replay value du titre, avec la possibilité de changer de personnage.

Sur le volet réalisation, le jeu bénéficie d’une direction artistique de très haute volée.

Les effets de lumière sont complètement bluffants.

Enfin, force est de constater qu’il y une impressionnante cohérence dans l’univers offert. Chaque PNJ aura son histoire à raconter, chaque élément est cohérent et renvoie au scénario, chaque quartier possède son identité…

Les seules petits bémols sont à mettre au registre de l’aliasing çà et là et de quelques baisses de framerate. Rien de rédhibitoire toutefois.

Côté IA, les ennemis disposent d’un comportement parfaitement réaliste.

Conclusion

Arkane Studios a réussi un coup de maître avec Dishonored 2. Le studio français a réussi avec maestria à combiner level design et direction artistique. Il en résulte une sensation de liberté incroyable.

4 comments to Test : Dishonored 2

  • Manekineko  says:

    le jeu est sublime
    je partage l’avis de ce test

  • pikachoopi  says:

    cocorico
    Arkane Studios peut être fier

  • DandyWahrol  says:

    peut-on parler pour autant parler d’un prétendant au GOTY pour 2016 ?

    J’avoue ne pas en être certain. Il manque peut-être ce petit quelque chose à cette franchise.
    Cet élément qui pourrait faire qu’on voit tout de suite que c’est un jeu de la franchise Dishonored.

    Là, j’ai plus l’impression que les développeurs prennent (et le font très bien) des éléments issus d’autres jeux pour un mélange très bien réussi mais manquant un peu d’âme.

  • Marmotte18  says:

    quelques baisses de framerate notées (sur PS4) mais c’est techniquement très bon sinon

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>