Please return following links to the footer:
Designed by SMThemes.com, thanks to: Free WordPress themes, Thrombo and Theme.Today
Thank you for visiting 4ugeek.com
4UGEEK.COM
Geek Power
Test : Final Fantasy XV
final-fantasy-xv_a

Test : Final Fantasy XV

Final Fantasy XV, c’est l’oeuvre d’une décade. C’est donc avec un brin d’angoisse que nous avons abordé le jeu. Franche réussite et renouveau de la série ou déception sans fantaisie au final ? Réponse dans notre test complet de Final Fantasy XV.

La série des Final Fantasy incarne à elle seule un pan de l’histoire du jeu vidéo. Gravée dans le coeur de millions de joueurs du monde entier, elle a su distillé des opus mémorables au fil des années.

On attendait évidemment que Final Fantasy XV s’inscrive dans cette logique et entre à son tour au Panthéon du jeu vidéo, comme l’ont fait certains opus canoniques de la série.

Mais, on sait aussi que le développement a été pour le moins tortueux, avec dix ans entre son début et sa livraison en version finale. De quoi alimenter une certaine angoisse pour les joueurs qui l’attendaient avec une irresistible envie. Et si ces longues années d’attente se soldaient par une lourde désillusion et une grosse déception.

On se lance donc dans le monde d’Eos avec une certaine angoisse, matinée d’une irrésistible envie de découvrir le jeu et de dissiper tous les soupçons.

Final Fantasy XV réussit très rapidement à dissoudre cette angoisse. Certes, l’opus n’atteint pas la perfection, que certains attendront logiquement de cette oeuvre. Mais, il touche droit à la cible, c’est-à-dire au coeur. L’émotion pourra parfois même vous envahir.

Qu’on se le dise, Square Enix a réussi la gageure de livrer une oeuvre cohérente avec une histoire captivante tout du long.

final-fantasy-xv_b

L’histoire

On suit le parcours de Noctis Lucis Caelum, un jeune homme voué à devenir roi. Nos pérégrinations dans le monde d’Eos se font accompagné de notre conseiller Ignis, de notre maître d’armes et garde du corps Gladio et de notre ami Prompto.

Il faut savoir que des liens très forts vont unir les 4 protagonistes et même se renforcer au fil de l’aventure.

Si vous n’avez pas vu le film Kingslaive Final Fantasy XV, nous conseillons vivement de vous jeter dessus. D’une part, parce que le film est somptueux et d’autre part, parce qu’il est préférable de l’avoir vu (tout comme les épisodes animés) pour mieux cerner les personnages et leur passé. Si vous faites l’impasse sur ceux-ci, il y aura quelques zones d’ombre lorsque vous jouerez. Il est donc préférable de les visionner pour jouer à Final Fantasy XV dans les conditions optimums, même si ce n’est pas non plus une obligation.

Le jeu donne accès à un univers immense. C’est le premier sentiment que vous ressentirez. Et si cette immensité est sacrément belle, la seconde partie du jeu s’avère, elle, beaucoup plus dirigiste. En effet, lorsque vous aurez passé certaines étapes clefs du jeu, il ne sera alors plus possible de revenir sur vos pas (sauf sous certaines conditions). On va donc inéluctablement se retrouver dans des zones de plus en plus étriquées au fil du jeu. C’est voulu et c’est donc un choix des développeurs pour ficeler l’histoire du jeu.

Si d’aucuns le regretteront, sachez que la sensation qui en découle est celle d’un dénouement qui se rapproche et d’un destin inéluctable qui se fait de plus en plus pressant. Ce sentiment est très fort et il faut donc saluer les développeurs pour cette initiative.

A l’avenant de ce feeling, il y a les personnages et les liens qui les unissent. Ces derniers vont se renforcer parallèlement à l’évolution dans le jeu.

On comprend alors que Final Fantasy XV est avant une expérience humaine qui ne pourra que vous toucher, pour ne pas dire vous bouleverser.

Tout cela est renforcé par la sublime et puissante bande originale du jeu. On s’était habitué au travail de Nobuo Uematsu. sachez que le maître a trouvé une remplaçante d’une très grande classe en la personne de Yoko Shimomura. La BO atteint des sommets rarement (voire jamais) entrevus.

Le gameplay

La série a apposé son nom dans l’histoire du jeu vidéo grâce à son système de combat assez incroyable.

Ici, les développeurs ont choisi de proposer deux systèmes différents. L’un fait dans l’action pure tandis eu l’autre consiste en du bon vieux tour par tour.

Mais, ce qui va différencier fondamentalement ces deux approches, c’est la vitesse à laquelle les combats vont se dérouler. Si vous optez pour le mode action (ce fut notre cas lors de ce test), vous sentir cette impérieuse nécessité d’être hyper réactif, avec une pression constante sur les épaules. Il faudra réfléchir très rapidement tandis qu’avec le tour par tour, le temps se fige dès que vous êtes immobile, ce qui vous laisse évidemment le temps de préparer vos coups.

final-fantasy-xv_d

Aux 4 boutons de la croix directionnelle, on va pouvoir associer des options : des armes ou de la magie.

Triangle permet de se téléporter, rond d’attaquer et carré de parer un coup.

Vos compères pourront être sollicités durant les combats pour réaliser des tâches très précises (en rapport avec les compétences de chacun d’entre eux). A ce stade, vous réaliserez qu’il existe une complémentarité incroyable entre les 4 protagonistes. A vous d’en faire bon usage.

Sachez que la magie vous offre d’incroyables possibilités. On va pouvoir absorber la magie de sources de feu, foudre et glace.

On peut alors créer des sorts différents suivant les mélanges réalisés. Autre option : intégrer des objets pour créer des sorts plus tordus.

La magie pourra s’avérer être un allié essentiel dans vos combats. Elle permettra de changer par exemple l’issu d’un combat pourtant mal engagé.

On pourra également faire appel à des invocations. Au nombre de 6, elles ne se pointeront que lorsque vous serez dans le rouge.

La téléportation est l’autre aspect névralgique du gamepplay. Il permet d’arriver de toute sa puissance sur un ennemi pour le mettre à mal. En plus du fait que son usage s’avère jouissif, c’est visuellement somptueux. Elle vous permettra également de prendre de la distance avec l’arène pour reprendre du poil de la bête.

Bien entendu, Final Fantasy XV est doté d’un arbre de compétences qui n’est pas san rappeler le sphérier de Final Fantasy X.

Des points vont vous permettre d’améliorer certaines capacités (les vôtres et celles de vos coéquipiers) et d’intégrer de nouveaux combos. En tout, ce ne sont pas moins de 9 arbres de compétences différents qui s’offrent à vous.

Qui dit univers vaste, dit moyen de se déplacer à la hauteur. C’est le cas ici avec la Regalia, votre propre voiture qui vous emmènera à bon port lorsque de longues distances doivent être parcourues. Vous pourrez les faire de manière automatique ou bien en conduisant. En mode automatique, c’est Ignis qui vous guidera, le temps pour vous de regarder les paysages et de faire des emplettes. Dans le deuxième cas, vous ne pourrez piloter que sur les sentiers et routes bien balisés.
Pour sortir des sentiers battus, vous pourrez toutefois monter sur un bon vieux chocobo. La sensation de liberté sera alors à son comble.

final-fantasy-xv_c

Enfin, sachez que chaque joueur dispose d’une aptitude : la pêche pour Noctis, la photo pour Prompto, la survie pour Gladio et la cuisine pour Ignis.

L’aptitude de Gladio permet de glaner des bonus lors des montées en niveau.

Quant aux aptitudes des autres protagonistes, elles apportent à la vie quotidienne. Nous vous laissons la surprise de ce qu’apporte la photo (aptitude de Prompto).

Conclusion

Ne tergiversons pas. Final Fantasy XV incarne véritablement la renaissance de la série. Si Final Fantasy XIII avait pu éconduire certains joueurs de cette franchise, ils peuvent sereinement revenir à la série. Cette oeuvre gigantesque n’est certes pas exempt de défauts. Mais, il n’y a aucun véritable écueil et les sentiments qui en découlent sont d’une puissance assez incroyables. A vous de jouer.

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>