Please return following links to the footer:
Designed by SMThemes.com, thanks to: Free WordPress themes, Thrombo and Theme.Today
Thank you for visiting 4ugeek.com
4UGEEK.COM
Geek Power
Test : Furi, ou le plaisir par la difficulté
furi_4ugeek_e

Test : Furi, ou le plaisir par la difficulté

Sorti durant l’été dernier, Furi mérite qu’on revienne dessus. C’est l’objet de ce test complet du titre de The Game Bakers.

Furi a été développé par The Game Bakers avec à ses rênes Emmeric Thoa (ex-Ubisoft).

Le studio français n’a pas hésité à faire appel à Takashi Okazaki (qui s’est illustré avec Afro Samurai) pour le chara-design des personnages.

Une attention qu’on retrouve également dans la direction artistique globale du jeu.

Furi ne fait pas dans le photo-réalisme ou les textures ultra-détaillées. Non, les développeurs ont pris le partie de conjuguer leur titre avec des couleurs saturées et un design à plat (sans aller jusqu’au cell-shading). Il en ressort que Furi vous plonge dans son propre univers.

furi_4ugeek_a

Mais, ce n’est pas tout puisqu’une bande sonore très électro accompagne avec maestria votre épopée.

Plutôt que d’épopée, on pourrait d’ailleurs plutôt parler de chemin de rédemption ou de parcours initiatique sur fond de vengeance. Si tout cela vous semble énigmatique, c’est que la trame narrative du jeu l’est précisément à dessein.

Le jeu débute sur une cinématique qui nous présente un ninja au look très particulier. Retenu prisonnier, son salut passera par un énigmatique individu portant un masque de lapin (sors de ce corps Donnie Darko). Mais, tout n’est alors pas encore joué puisqu’il « faudra tuer le gardien pour être libre ». Ce sont pas moins de 10 gardiens qu’il va falloir occire pour retrouver la liberté et assouvir accessoirement sa vengeance.

furi_4ugeek_e

On est conquis par les couleurs clinquantes, voire criardes, de cet univers qui fait dans le cyberpunk.

“Là où la volonté est grande, les difficultés diminuent” (Machiavel)

Mais, venant au vif su sujet, à ce qui fait tout l’ADN du jeu. Cet ADN pourrait faire penser à Dark Souls pour la difficulté du jeu. Mais, Furi est bien différent du jeu de From Software dans ses mécaniques et son gampelay.

Le jeu s’inscrit dans le plus pur style des die and retry, combinant le beat’em all et le shoot’em up.

Nos pérégrinations vont nous mener d’arène en arène, accompagné par la voix de l’homme masqué. L’occasion d’une contemplation et d’une réflexion sur nos motivations profondes. Mais aussi, l’occasion de se reposer les doigts et les articulations meurtries après ses joutes durant lesquelles la pugnacité sera votre seule planche de salut.

furi_4ugeek_d

Dans cette même volonté de repos du guerrier, la marche peut d’ailleurs être faite automatiquement pour atteindre les miroirs magiques qui donnent accès aux différents univers.

En guise de tutorial, le combat avec le premier boss vous fait comprendre que ça ne sera pas une promenade de plaisir. Même si le mode de difficulté le plus facile est dénommé « Promenade », là où le mode difficile répond au nom de… « Furi ». En bouclant le jeu dans ce dernier mode, on pourra alors débloquer le mode de difficulté ultime baptisé « Furieux » (quand il n’y en a plus, il y en a encore).

furi_4ugeek_b

Quoi qu’il en soit, il va s’agir d’apprendre de ses erreurs et recommencer inlassablement jusqu’à ce que mort ne s’en suive plus.

A son corps défendant, on dispose de plusieurs attaques sur la base d’un laser et d’une épée, tandis que le contre est aussi essentiel. On esquive, on dash, on se déplace… le tout dans une chorégraphie qu’il faudra maîtriser (avec des patterns à identifier) puisque le timing est ici essentiel. Les choses vont extrêmement vite et des QTE viennent se greffer au gameplay.

Pour couronner le tout, la jauge de santé des gardiens prend parfois des airs de source intarissable, à votre plus grand désespoir, puisqu’elle se remplit au max dès que vous perdez une vie.

furi_4ugeek_c

Notre verdict

Qu’on se le dise, Furi est une petite pépite à côté de laquelle il serait regrettable de passer. S’il peut mettre vos nerfs en pelote, il saura également vous gratifier d’une indicible joie dans l’adversité. Testé sur PS4, le jeu est également disponible sur PC et Xbox One.

Lien vers le site officiel de Furi.

3 comments to Test : Furi, ou le plaisir par la difficulté

  • DandyWahrol  says:

    merci pour la découverte

  • guymauve48  says:

    partie pour le look : ok
    mais, ça manque quand même de richesse au niveau des textures

    cache misère technique de dire que c’est voulu ??

  • AllyGato  says:

    très bon et prix attractif

    que demande le peuple

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>