Please return following links to the footer:
Designed by SMThemes.com, thanks to: Free WordPress themes, Thrombo and Theme.Today
Thank you for visiting 4ugeek.com
4UGEEK.COM
Geek Power
Test : Gears of War 4
gears-of-war-4_4ugeek_a

Test : Gears of War 4

Fer de lance des consoles Xbox, la licence Gears of War déboule sur Xbox One et PC au gré d’un quatrième opus. Le renouveau attendu est-il au rendez-vous ? Réponse dans notre test complet de Gears of War 4.

Il est des licences qui forcent le respect et sont associées à des consoles. Gears of War est de celles-ci.

Associé à la Xbox 360 (puis porté sur PC en 2007) à ses débuts en 2006, GoW a marqué les esprits et les coeurs de millions de joueurs dans le monde.

On passe du moteur Unreal Engine 3 et du studio de développement Epic Games à la quatrième mouture du moteur graphique et au studio canadien The Colation (précédemment Black Tusk Studios).

Que les aficionados se rassurent, l’ADN de la licence est bien conservé.

Si GoW 4 se présente comme le quatrième opus de la série, il s’agit plutôt du 5ème puisqu’il y a eu Gears of War: Judgement en 2013, après Gears of War 3 en 2011. L’an passé, pour se rappeler aux bons souvenirs des locustes, on avait aussi eu droit à une remasterisation pour Xbox One du tout premier volet.

Une franche réussite qui laissait augurer de beaucoup d’espoirs pour ce GoW.

25 années après le dernier volet, retour sur Sera. On entre dans un nouveau cycle après la première trilogie centrée sur l’illustre personnage de Marcus Fenis.

Dans GoW, on incarne JD, le fils de Fenix.

Les locustes ont cédé leur place à des machines, celles de la CGU, qui assoit son autorité, ainsi qu’aux Vermines.

gears-of-war-4_4ugeek_d

A vous d’opter pour les modes Recrue ou Normal si vous ne vous sentez pas l’âme d’un warrior aguerri. Si vous êtes plus expérimenté dans le domaine du TPS, passez fissa au mode de difficultés Vétéran, voire Dément.

On débute le jeu sur un premier acte, durant lequel il faudra occire les robots de la CGU. Les vagues d’assaut sont très nombreuses et un malaise s’installe face à une certaine redondance. Ce GoW 4 tant attendu ne serait-il tout simplement pas à la hauteur ?

Mais, la patience vient à bout de tout.

On retrouve tout ce qui a fait le sel de la franchise dans les actes qui suivent (5 en tout). Si The Coalition a conservé la recette de la franchise, le studio canadien n’a pas hésité à introduire des nouveautés.

La nouveauté passe d’abord par le renouveau graphique. Ca tourne sous Unreal Engine 4 et ça se sent. Il y a des paysages ouverts (pas assez nombreux malheureusement) qui éclatent littéralement la rétine. Les effets météo, à base notamment de très violentes tempêtes, sont à couper le souffle (pas celui de la tempête). On peut parler de claque graphique, même si on retrouve également des décors d’usines qui ne sont pas les plus inspirés qui soient. The Coalition aurait pu laisser exploser sa créativité avec plus de décors ouverts. A noter que le jeu supporte la définition 4K / UHD et le HDR via la Xbox One S (à condition de disposer bien entendu d’un écran 4K HDR ou 4K au moins pour la définition).

Les effets météo s’accompagnent de subtilités au niveau du gameplay. Les grenades deviennent inutilisables et il faudra bien ajuster avec les catapultes. Il y a aussi ces pièges qu’on pourra faire tomber sur les ennemis.

On va aussi pouvoir prendre part au gameplay du mode Horde 3.0 en craftant des armes et des défenses grâce au Fabricator.

Si les bases du gameplay de GoW sont bel et bien là, le système de mise à couvert a été amélioré. On peut maintenant enjamber n’importe quel obstacle dans sa course et agripper un ennemi terré derrière un muret pour le finir au couteau.

gears-of-war-4_4ugeek_c

Certes, le jeu est quelque peu téléphoné dans sa construction avec des vagues qu’on anticipe. Mais, grâce à ses nouveautés, force est de constater que GoW 4 fait mouche avec un plaisir qu’on ne boudera pas.

Les 5 actes de la campagne, entrecoupés de cinématiques, sont un pur bonheur pour qui aime le genre.

Comptez une dizaine d’heures pour boucler la campagne.

Il y a aussi évidemment un mode coop en local qui permet de jouer entre amis sur écran splitté.

Mais, GoW 4 s’apprécie aussi en ligne avec le classique mode Coopération. Il y a aussi le Rois de la Colline, les Zones de Guerre et les Deathmatchs. N’oublions pas bien entendu le mode Horde 3.0 dans lequel plusieurs joueurs vont devoir repousser des vagues d’ennemis toujours plus coriaces. Les protagonistes auront le choix parmi 5 classes de perso. On trouve un système de cartes permet de débloquer du contenu.

gears-of-war-4_4ugeek_b

Notre verdict

Après un fabuleux Forza Horizon 3 (lire notre test de Forza Horizon 3), Microsoft dégoupille une seconde grenade qui explose à la rétine du joueur, aussi bien sur PC que sur Xbox One (version testée). Claque visuel, Gears of War 4 l’est indéniablement. Mais, pas seulement puisqu’il apporte son lot de nouveautés à une licence dans laquelle on replonge avec un plaisir non feint. Un plaisir qui se conjugue ici avec les différents modes en ligne toujours aussi jouissifs.

3 comments to Test : Gears of War 4

  • DandyWahrol  says:

    Top

  • SweetWar  says:

    J’adore

  • Marmotte18  says:

    bien couillu et pas mal de renouveau, j’adhère

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>