Please return following links to the footer:
Designed by SMThemes.com, thanks to: Free WordPress themes, Thrombo and Theme.Today
Thank you for visiting 4ugeek.com
4UGEEK.COM
Geek Power
Test : Killing Floor 2
killing-floor-2_a

Test : Killing Floor 2

Killing Floor 2 arrive sur PS4 et PC, comme un bon défouler, penchant largement côté gore. Ce FPS décomplexé est-il à la hauteur des attentes ? Réponse dans notre test complet.

Développé par Tripwire Interactive et édité par la doublette composée de Deep Silver et d’Iceberg Interactive, Killing Floor 2 est enfin disponible, alors que le premier opus datait de 2009.

Une longue attente qui se solde par une mouture disponible sur PS4 et PC.

On est en présence d’un FPS en mode survival qui nous plonge dans le futur.

Un futur peu radieux puisque l’hémoglobine y coule à flot.

L’action se déroule un mois après celle du premier volet.

L’histoire est celle de l’échec d’une expérience sur des humains qui s’est soldée par la création de mutants qui ne sont échappés du complexe d’Horzine Biotech.

Les Zeds (les mutants) se retrouvent donc dans la nature et la boucherie commence, d’autant plus qu’ils transmettent leur infection à tout ce qui bouge, armée comprise.

On se retrouve donc seul face à cette menace, l’épidémie gagnant du terrain dans toute l’Union Européenne.

Pour résumer, Killing Floor 2 consiste à affronter de multiples vagues d’ennemis. L’objectif est d’occire un maximum de créatures lors de ces joutes brutales et sanglantes.

killing-floor-2_c

On aura le choix entre différentes classes, armes et personnages.

On peut choisir entre 14 protagonistes, ce qui offre une grande variété d’emblée. Chacune d’entre eux peut être personnalisé via le menu Equipement et on peut l’équiper de 3 accessoires tout au plus.

Il y a aussi 10 classes, ce qui permet d‘appréhender le jeu de différentes manières. Pour chacune, il y a une arme principale, une arme de poing, une arme de mêlée et une arme jetable. On pourra choisir entre : Soutien, Survivant, Fou furieux, Commando, SWAT, Médecin, Démolisseur, Tireur d’élite, Flingueur et Pyromane.

Le titre est composé de 3 modes distincts : le multi (du matchmaking en ligne), le solo (hors-ligne) et le mode entraînement.

Dans chacun d’entre eux, on va devoir affronter des vagues d’ennemis durant lesquels il faut occire toutes les créatures de la map, un compteur apparaissant à l’écran (indiquant le nombre de Zeds).

Après chaque vague, on dispose d’un moment pour se ravitailler en munitions, armes, équipement et pour dépenser l’argent glané lors de la vague passée. Celui-ci se récupère en sulfatant les Zeds.

Pour diversifier le tout, le joueur pourra choisir le niveau de difficulté (entre normal, difficile, suicidaire et enferré sur Terre), le mode de jeu, la carte (parmi 12) et la longueur des manches : courtes (4 vagues), moyennes (7 vagues) et longues (10 vagues).

A chaque fin de partie, on va monter en XP, ce qui permet de monter en niveau. Tous les 5 niveaux, on peut alors débloquer certaines compétences spéciales. Voilà pour la mécanique globale d’évolution.

A noter l’existence d’un mode ralenti qui se déclenche dès qu’on a enchainé des head shots ou après qu’on ait occis de nombreux mutants d’un seul coup. Il est alors le bienvenu, permettant d’affiner la visée et de faire plus de dégâts.

killing-floor-2_b

Le multi en guise de plat de résistance

Le multi est scindé en Surie et Survie VS

Le mode Survie n’est autre qu’un affrontement de type PvE ((Players versus Environment) contre des vagues de Zed contrôlés par l’IA. Il va s’agit de de s’entraider entre coéquipiers.

Le mode Survie VS consiste en du PvP ((Players versus Players) où l’on affronte des Zeds IA mais aussi des Zeds contrôlés par d’autres joueurs en ligne. L’intérêt repose notamment dans le fait que les équipes tournent, ce qui permet d’incarner des Zeds.

De quoi varier les plaisirs en endossant les différents types de Zed, chacun d’entre eux disposants de capacités uniques.

Selon votre mutant, vous pourrez agripper vos ennemis, devenir invisibles, vomir sur les ennemis… De surcroît, chaque mutant a une barre de vie qui va descendre plus ou moins vitre suivant sa restante.

Technique au point

Techniquement, le jeu est assez bluffant. Très beau, il bénéficie de modélisations aux petits oignons, que ce soit pour les personnages, les Zeds ou les environnements.

Le jeu est en 1080p sur PS4 et en 2160p upscalée sur PS4 Pro, le tout à 60 fps constants.

Quant au mode Entrainement, c’est un incontournable pour apprendre le béaba du jeu.

killing-floor-2_d

Conclusion

Killing Floor 2 est une énorme défouloir. Ultra-nerveux, le jeu est une franche réussite technique. On aurait aimer que les développeurs insufflent un scénario au mode solo. Mais, ce n’est visiblement pas le propos qui est ici de varier les plaisirs en mode bourrin. Rien à dire, la mission est parfaitement réussie de ce point de vue là. Le jeu est de surcroît parfaitement réussi techniquement (testé sur PS4) avec une optimisation prévue pour la PS4 Pro et PC.

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>