Please return following links to the footer:
Designed by SMThemes.com, thanks to: Free WordPress themes, Thrombo and Theme.Today
Thank you for visiting 4ugeek.com
4UGEEK.COM
Geek Power
Test : Marvel vs Capcom Infinite, le crossover reprend du service
MarvelvsCapcom-Infinite_4ugeek_a

Test : Marvel vs Capcom Infinite, le crossover reprend du service

Le crossover en mode baston entre les univers Marvel et Capcom hérite d’un nouvel opus au gré de Marvel vs Capcom Infinite. On vous dit tout sur le jeu dans son test complet.

Mélanger les univers très différents de Marvel et de Capcom, voilà une idée saugrenue qui a fait par le passé des étincelles. La voilà remise au goût du jour avec un 4ème volet dit « Infinite » pour Marvel vs Capcom. Qu’apporte cette nouvelle mouture du jeu ?

En termes de rendu, Capcom a misé sur un tout nouveau moteur graphique 3D.

La fluidité est parfaite et le rendu visuel spectaculaire. Très coloré, le jeu flatte la rétine.

Mais, en contrepartie de ce nouveau moteur 3D, Capcom a revu à la baisse le nombre de combattants. Reste à voir si des DLC viendront garnir le roster.

S’il y a status quo entre les deux licences avec 15 joueurs côté Marvel et 15 autres du côté de l’éditeur, l’équilibre n’est pas encore trouvé. Certains personnages, tels que Spiderman, procurent un avantage certain.

Malgré ce roster moins étoffé, on notera l’apparition de personnages tels que Iron Man, Strider Hiryu (manga à l’origine, qui a donné naissance à un jeu de plates-formes sorti sur bornes d’arcade CP en 1989), Rocket Racoon (Marvel) et Doctor Who.

Un mode solo scénarisé vient enrichir cette mouture. Bien entendu, l’histoire penche dans le n’importe quoi. Rien d’illogique à cela tout de même puisque le mélange des personnages est lui-même quelque peu farfelu. Des cinématiques viennent ainsi ponctuer les rixes. Comptez entre 3h30 et 4h pour enchaîner les combats en incarnant différents personnages. L’humour s’invite largement dans cette histoire, avec une autodérision de mise. L’univers Ultron fusionne avec Sigma, personnage ennemi de Megaman, afin de se transformer en Ultron Sigma. Les gemmes de l’infini permettent aux univers de Capcom et de Marvel de fusionner également. Mais, Ultron Sigma entend bien régner sur cette nouvelle entité à l’aide du virus Sigma.

Marvel-vs-Capcom-Infinite_4ugeek_a

Il va donc falloir combattre pour obtenir les gemmes de l’infini et damer le pion à Ultron Sigma.

Si tout cela n’est pas forcément convaincant, l’ensemble est assez fun et les références feront plaisir aux aficionados des deux licences.

Côté gameplay, Capcom a fait le choix de rendre le jeu accessible au plus grand nombre. Si l’initiative peut être saluée, l’éditeur a poussé le curseur trop loin à notre goût. Sortir les combos et les hyper combos est d’une facilité déconcertante. Pire ; on peut les enchaîner sans coup férir.

De ce fait, la courbe d’apprentissage, élément qui fait le sel d’un jeu de baston, est réduite à peau de chagrin.

Malgré cela, le jeu reste très agréable à prendre en main. La fluidité, exempte de défauts, n’y est pas étrangère.

Dans cette même volonté de simplifier le gameplay, les affrontements en 3 vs 3 laissent place à du 2 vs 2. On gagne en lisibilité mais on perd quelque peu au niveau stratégie.

Pour les autres modes de jeu (que le solo), on reste sur du très classique.

Il y a mode Arcade, au gré duquel on va affronter successivement 7 combattants. Dommage que l’histoire ne varie pas. Il en résulte une certaine lassitude dans le temps.

Il y a également le mode Entrainement et les Défis.

Marvel-vs-Capcom-Infinite_4ugeek_b

Ces derniers permettent, grâce à des tutoriels composés de 30 défis, d’apprendre les rudiments du gameplay. S’y ajoutent 10 défis supplémentaires pour chaque personnage ; soit 300 en tout. Cela contribue à allonger de manière non négligeable la durée de vie du titre.

Bien entendu, il y a le mode Vs en ligne ou en local qui est l’ADN même du jeu.

La grande nouveauté de Marvel vs Capcom Infinite se trouve au niveau des gemmes introduits pour l’occasion. S’ils sont à la base de l’histoire du mode solo, ils apportent également une certaine variété dans le gameplay.

De différentes couleurs, ils doivent être choisis en début de partie. Chaque gemme va se traduire par un pouvoir différent. Le résultat diffère suivant le type de combattant. S’ils permettent notamment de déclencher des attaques spéciales, ils servent également à changer le cours des combats. Par exemple, en plaçant l’adversaire dans une cage.

Les gemmes permettent ainsi d’étoffer et de styliser son jeu.

Notre verdict

Ultra-fun à jouer, Marvel vs Capcom Infinite est une réussite. Même si on aurait aimé encore plus de personnages et une prise en main moins orientée débutants, le plaisir de la baston made in Capcom est bien présent. Avec ces 13 décors différents, le titre de l’éditeur japonais ne laisse également pas indifférent d’un point de vue graphique avec des effets visuels qui viennent renforcer les coups portés.

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>