Please return following links to the footer:
Designed by SMThemes.com, thanks to: Free WordPress themes, Thrombo and Theme.Today
Thank you for visiting 4ugeek.com
4UGEEK.COM
Geek Power
Test : The Legend of Zelda : Breath of the Wild [Nintendo Switch]
The-Legend-of-Zelda-Breath-of-The-Wild_a

Test : The Legend of Zelda : Breath of the Wild [Nintendo Switch]

Prévu initialement sur Wii U, Zelda Breath of the Wild aura pris son temps avant d’atterrir effectivement sur Wii U mais également sur la Nintendo Switch. Le jeu et surtout l’attente en valait-elle la chandelle ? Réponse dans notre test complet de la mouture Switch de Zelda Breath of the Wild.

Attendu de pied ferme depuis son annonce, Zelda Breath of the Wild avait la lourde tâche d’être l’illustre ambassadeur de la nouvelle console hybride Nintendo, la Switch. Il avait tout d’abord été annoncé officiellement à l’occasion de l’E3 2014. Depuis lors, les spéculations et les phantasmes allaient bon train sur ce que serait au final ce jeu attendu comme le messie. Un Zelda en monde ouvert. Voilà le postulat de départ qui laissait place à de nombreux débats. Il devait en découler un Zelda entièrement refondu. Sacrilège s’insurgeaient certains quand d’autres estimaient qu’il était temps de renouveler la license.

Il n’en restait pas moins que le titre tant attendu était auréolé d’une épaisse couche de mystère.

D’autant plus que le titre avait initialement été prévu pour la console de salon Wii U. Le lancement du jeu a ensuite été décalé à plusieurs reprises, épaississant encore un peu plus le doute et les mystères.

Il sortira finalement sur les 2 consoles : la Wii U et la Switch. Dans ce test, il est question de la mouture Switch.

Les premières impressions, lorsque la Switch a été dévoilée, n’ont pas pas fait l’unanimité, avec des graphismes qui en laissaient plus d’un perplexe (en particulier en affichage sur écran TV).

Monde ouvert et possibilités illimité

Le jeu débute alors que notre cher Link se réveille d’un long sommeil qui, on le découvrira dans le jeu, a duré 100 ans et durant lequel, le royaume d’Hyrule a profondément changé.

Link sort d’une grotte, sans savoir ce qui l’attend. En route pour l’exploration. Vêtu d’un simple caleçon, dans cette vaste prairie aux moult possibilités, le joueur se retrouve complètement lâché dans ce monde ouvert et libre de ses mouvements dès les premiers instants.
C’est justement ce qui fait que Breath of The Wild porte à merveille son nom. On ressent cet appel de la nature, comme rarement ressenti dans un jeu vidéo.


Il est possible d’aller voir le vieillard près du feu qui vous donnera des explications sur de nombreuses choses utiles pour progresser dans ce monde. De quoi vous lancer dans l’histoire sur les traces de Zelda et, bien entendu, contre le terrible Ganon, ce terrible fléau. Mais vous pouvez également explorer à votre guise, grimper aux arbres pour récolter des oeufs de volatiles ou encore d’aller à la cueillette aux champignons le temps qu’il vous plaira.

Chacun va façonner son Zelda à sa manière. C’est bien ça Breath of The Wild. La liberté est le nouvel ADN de Zelda. Car il existe une myriade de manières d’effectuer n’importe tâche. A titre d’exemple, dès les premières minutes du jeu, on observe un camp de Bokoblins. On peut leur foncer dans le lard, les éviter ou leur tirer des flèches à distance…

Un plus loin, il y a également un essaim d’abeilles dans un arbre qu’on pourra, à dessein (d’abeilles), attirer vers l’ennemi.

On le voit, les possibilités sont très nombreuses, ce qui permet de varier les plaisirs et de ne jamais s’ennuyer.

Zelda Breath of the Wild est entièrement construit de cette manière.

Tout a un sens et peut être exploité en vue d’arriver à ses fins.

De surcroît, le terrain de jeu est si vaste qu’il faut avoir une imagination aussi riche que les possibilités proposées.

The-Legend-of-Zelda-Breath-of-The-Wild_f
 

Food krafting

Dans ce Zelda, tout a changé. Les codes passés ont été brisés sur l’autel d’une refonte totale de la license.

Les armes ont ainsi une durée de vie limitée et se briseront après un certain nombre d’utilisations. Il faudra donc incessamment, soit les dérober à vos ennemis ou soit en trouver de nouvelles. Il est aussi nécessaire de gérer son inventaire de manière pertinente, celui-ci venant rapidement à manquer de place.


Afin de restaurer sa vie symbolisée par des coeurs, il sera aussi nécessaire de cuisiner des plats et les avaler au moment adéquat. On va ainsi apprendre des recettes en mixant différents ingrédients collectés çà et là (du food krafting en somme) et certaines préparations vont aller jusqu’à vous conférer des pouvoirs provisoires. On peut ainsi acquérir plus de discrétion ou bien un niveau d’endurance supplémentaire.

Car il y a bien une jauge d’endurance sur laquelle il faudra toujours avoir un oeil, faute de quoi il ne sera pas possible d’escalader une montagne en entier ou on chutera en plein vol de so paravoile.


Afin de se mouvoir fissa, en plus de la très pratique téléportation de sanctuaire en sanctuaire, il y a les chevaux sauvages qu’il faudra dompter. On pourra alors chevaucher sa monture sur les plaines d’Hyrule. Que demander de plus ?


La feuille salvatrice

Link aura fort à faire puisqu’il va devoir explorer des sanctuaires disséminés dans l’immense map du jeu, histoire d’apprendre de nouvelles techniques, d’obtenir de nouveaux modules pour son Sheikah (sorte de terminal tablette à tout faire : carte, appareil photo…).

Ces sanctuaires sont pour la plupart névralgiques dans l’histoire du jeu. On en dénombre pas moins de 120, chacun vous donnant un “Emblème du Triomphe”. Quatre d’entre eux pourront être échangés contre un réceptacle de coeur supplémentaire ou un quart d’endurance en plus.
 
Il y a également de multiples trésors dans tous les coins de la map, que ce soit au sommet d’une montagne, dans l’eau.

Il vous faudra donc les trouver, tout en vous équipant des armes adéquates

Il y a aussi les noix de Korogu, ces petits êtres de feuille (déjà entrevus dans les précédents épisodes de Zelda, qui sont cachés n’importe où). Ils vont apparaître dès lors qu’on va résoudre de petites énigmes, en suivant un parcours précis ou bien parfois, tout après avoir soulevé une pierre. Ces noix s’avéreront fort précieuses afin de faire de la place supplémentaire à votre inventaire.

The-Legend-of-Zelda-Breath-of-The-Wild_e
 

Sheikah escalader les tours

Link va découvrir la map du jeu en escaladant des tours, ce qui lui permettra de découvrir la zone dans laquelle il évolue. Du haut de ses tours de guet, grâce à sa tablette Sheikah, qui peut servir de longue vue, il pourra regarder et observer les environs et en vue de décider de sa prochaine étape.

Une coup de paravoile et en voiture Simone.

Il sera aussi nécessaire, dans son parcours initiatique, d’explorer des temples, soit les donjons habituels des Zelda qui regorgent d’énigmes. Tout le savoir acquis dans les sanctuaires vous sera d’une grande utilité dans ces temples car il sera nécessaire de combiner toutes les techniques apprises afin de résoudre les énigmes plutôt corsées.

La mythologie n’a pas changé et on retrouve des noms et des personnages connus. Mais, c’est bien la façon d’appréhender tout ce qui compose Hyrule qui a changé en profondeur.


Il y aura évidemment des sanctuaires et des trésors cachés. Mais, c’est au joueur que revient de faire le choix, entre exploration et récolte d’éléments (plantes, aliments, cornes, insectes, noix Korogu, boucliers, armes, vêtements…) ou bien foncer dans l’histoire principale. Il n’en reste pas moins, qu’au regard de la difficulté croissante, il n’est pas utile de s’équiper.

Un petit mot sur la musique composée par Manaka Kataoka. Si on retrouve des thèmes musicaux plutôt familiers, la musique reste globalement très discrète, tout en se mariant bien à l’aventure.

The-Legend-of-Zelda-Breath-of-The-Wild_b

Notre verdict

On nous avait promis un Zelda singulier, un Zelda qui renouvelle la license et la promesse est bien au rendez-bous. Zelda Breath of the Wild est bien ce Zelda et permet d’appréhender l’aventure avec une immense liberté. Les possibilités sont très variées, tant et si bien que chacun façonnera son aventure à sa guise. Chaque découverte sera l’occasion d’acquérir un supplément de quelque chose. Et d’ailleurs, c’est bien un supplément d’âme que ce Zelda Breath of the Wild porte en lui. Il insuffle ce vent de liberté assez bluffant à quiconque voudra bien se lancer dans son univers. Bref, Zelda Breath of the Wild est incontournable. C’est même un jeu qu’il est obligatoire de faire ! A bon entendeur…

4 comments to Test : The Legend of Zelda : Breath of the Wild [Nintendo Switch]

  • DandyWahrol  says:

    incontournable peut-être. Mais, j’aimerais aussi savoir si la version Wii U est à la hauteur de la version Switch.
    Car perso j’ai la Wii U.

  • marmotte18  says:

    C’est du grand Zelda. C’est comme s’il n’y avait pas eu de vrai monde ouvert avant… je sais que ça va faire polémique de dire ça mais c’est ce que je pense.

  • Zeldophile  says:

    Les superlatifs dans ce test sont mérités. Je dois bien le reconnaître.

  • feuilles  says:

    The Legend of Zelda: Breath of the Wild …

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>