Please return following links to the footer:
Designed by SMThemes.com, thanks to: Free WordPress themes, Thrombo and Theme.Today
Thank you for visiting 4ugeek.com
4UGEEK.COM
Geek Power
Test : A.O.T. Wings of Freedom, l’adaptation sur consoles de L’attaque des titans
A.O.T. Wings of Freedom_20160808175642

Test : A.O.T. Wings of Freedom, l’adaptation sur consoles de L’attaque des titans

Avec A.O.T. wings of Freedom, Attack on Titan a droit à une adaptation vidéoludique sur consoles de salon. Retrouve-t-on la même qualité que dans l’animé et le manga japonais à succès ? Réponse dans notre test complet de A.O.T. wings of Freedom.

L’humanité est en proie à des titans qui la mettent au défi. Ces géants hagards font des ravages parmi les humains, tant et si bien que ceux-ci se retrouvent acculés dans des cités fortifiées. Leur salut pourrait bien passer par la bravoure des soldats du bataillon d’exploration qui n’hésitent à franchir les murs de ces cités pour venir en découdre avec les titans, avec comme mot d’ordre « Seid ihr das Essen? Nein, wir sind der Jäger!« .

aot-wings-of-freedom_4ugeek_a

C’est le scénario de base de l’animé japonais Attack on Titan mais également celui du jeu vidéo développé par Omega Force (studio auquel ont doit la série des Dynasty Warriors) et édité par Koei Tecmo.

Après une adaptation loupée sur 3DS, on était logiquement en droit d’être inquiet quant à cette nouvelle adaptation (sur PS3, PS4 et Xbox One).

Les développeurs n’ont pas loupé le coche et c’est avec un plaisir non feint qu’on re-plonge dans cet univers fascinant où la question de la survie de l’espèce humaine est tout simplement en jeu.

Véritables ballets aériens, les combats dans les airs contre les titans sont ici au coeur du jeu. Les soldats du bataillon d’exploration utilisent le kit de manoeuvre tridimensionnelle pour prendre avantage sur les titans. Il leur confère une très grande mobilité face à des titans certes puissants mais peu agiles.

Ceux-ci ont comme faiblesse leur nuque qu’il faudra trancher pour les occire.

aot-wings-of-freedom_4ugeek_c

Mais, avant de parler du gameplay, sachez que le mode histoire de A.O.T. Wings of Freedom nous replonge à merveille dans l’animé. Et plus exactement, il couvre toute la première saison de l’animé et débute quand Eren Jâger rejoint la brigade d’entraînement, cette escouade militaire où on va lui inculquer la maîtrise du kit de manœuvre tridiminensionnelle.

Cette maîtrise, il faudra d’ailleurs également l’acquérir dans le jeu. Initialement déroutante, l’utilisation de ce kit demande en effet un certain entrainement. Mais, quel régal lorsqu’il est parfaitement maîtrisé, avec cette sensation jouissive d’un contrôle total sur le champ de bataille.

Ces champs de bataille justement se présentent comme un monde ouvert (qui n’est pas sans rappeler les Dynasty Warriors) dans lequel il pourra y avoir simultanément jusqu’à 10 titans.

Au gré de 20 épisodes, il faudra une bonne douzaine d’heures pour terminer le mode histoire.

Techniquement, les développeurs ont opté pour des graphismes habillés de cel shading qui sont du plus bel effet, même si la PlayStation 4 (version testée sur PS4) n’est pas poussée dans ses derniers retranchements. Les personnages qu’on pourra incarner sont au nombre de 10, même si tous ne sont pas disponibles dans le mode histoire (ils le sont tous en revanche dans le mode Exploration, le monde de missions libres du jeu). Mentionnons la modélisation parfaites des humains, alors que les titans n’ont visiblement pas bénéficié du même traitement.

Mais, cela ne sera pas de nature à gâcher votre plaisir d’en découdre avec ces géants aussi redoutables qu’hagards. Le gameplay est complètement articulé autour du kit de manoeuvre tridimensionnelle que les personnages utilisent pour se mouvoir dans tous les sens et attaquer un titan. Des grappins permettent de les harponner tandis que des cartouches de gaz permettent de se projeter. En tout, les grappins peuvent se fixer sur 5 points d’un titan. En visant la nuque, on pourra en venir un bout. Mais, avant cela, il sera souvent nécessaire d’affaiblir l’adversaire en l’amputant d’un ou plusieurs membres. L’estocade finale pourra alors être donnée. A noter la possibilité de verrouiller un point précis du corps d’un titan.

On doit remplir des objectifs classiques dans lesquels il est nécessaire d’occire un certain nombre de titans ou encore d’escorter un personnage jusqu’à un endroit spécifique. Ou encore tenir une position face à des titans durant un temps déterminé. Au final, il faudra en découdre avec un boss de fin pour chaque mission.

Ces dernières commencent systématiquement dans un hub qui permet d’améliorer son kit de manoeuvre tridimensionnelle ou encore d’y acheter un cheval.

On monte en XP au gré des missions réussies mais également en niveau, ce qui se traduit par une nouvelle compétence acquise.

Après s’être frotté aux modes histoire et exploration, on pourra faire un tour du côté du multijoueurs. On rejoint alors un lobby pour prendre part à des joutes en groupe, histoire de renouveler le plaisir.

Pour ne rien gâcher, la bande sonore est à l’avenant du reste, garantissant une totale immersion dans l’univers d’Attack on Titan.

Notre verdict

C’est avec une jubilation non feinte qu’on replonge dans l’univers de l’Attaque des Titans (Attack on Titan ou encore Shingeki no Kyojin, en japonais) grâce au jeu vidéo A.O.T. Wings of Freedom. Non seulement, on retrouve ces somptueux ballets aériens qui opposent humains et titans dans le manga et l’animé, mais on y prend ici part. Le shonen signé Hajime Isayama peut enfin se targuer d’avoir une adaptation vidéoludique de grande qualité.

3 comments to Test : A.O.T. Wings of Freedom, l’adaptation sur consoles de L’attaque des titans

  • DandyWahrol  says:

    pour les fans de l’anime, c’est effectivement un incontournable

  • Otaku04  says:

    plutôt fan mais il y a quand même des problèmes de caméra dans les fights aériens

  • Mangaku4Life  says:

    j’avoue être convaincu

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>