Please return following links to the footer:
Designed by SMThemes.com, thanks to: Free WordPress themes, Thrombo and Theme.Today
Thank you for visiting 4ugeek.com
4UGEEK.COM
Geek Power
Test : Call of Duty : Infinite Warfare
call-of-duty-infinite-warfare_a

Test : Call of Duty : Infinite Warfare

Avec un virage futuriste très marqué, Call of Duty : Infinite Warfare tente de coloniser les consoles de jeu. Le nouveau triple A d’Activision est-il indispensable ? Réponse dans notre test complet.

Comme chaque année, Activision livre un nouvel opus de son mastodonte Call of Duty.

Développé par Infinity Ward, Call of Duty Infinite Warfare se devait d’apporter un nouveau souffle à la licence phare de l’éditeur américain.

C’est avec un virage futuriste beaucoup plus marqué qu’Infinity Ward a abordé les choses. Dépayser le joueur et apporter le terreau propice à un scénario renouvelé, voilà le pari pris ici.

Cette année, on va pouvoir se promener (même si ça ne sera pas une promenade de santé) dans le système solaire.

L’humanité s’est donné les moyens technologiques de coloniser d’autres planètes, Mars en tête.

Bien entendu, cela aiguise les appétits et des colons s’organisent pour tenter de mettre la main sur la planète Rouge. Tant et si bien qu’ils ont formé le SetDef (pour Settlement Front Defense) qui décide de s’en prendre à la Terre.

Les choses virent au cauchemar lors du défilé annuel de la flotte terrienne lorsque le SetDef arrive à prendre position au niveau des défenses anti-aériennes pour descendre les vaisseaux terriens.

call-of-duty-infinite-warfare_b

On va ainsi se retrouver promu au rang de capitaine du Retribution, l’un des deux vaisseaux de la Terre qui a réussi à s’échapper.

On incarne Reyes et il va s’agir de se projeter à différents endroits du système solaire, via une carte, afin de venir se frotter au SetDef.

Le mode Campagne, comme dans tout bon CoD qui se respecte, est bel et bien présent.

Ce mode est une des forces des CoD, certains joueurs n’achetant un CoD que pour effectuer ce mode campagne en solo. Il se devait donc d’être à la hauteur des attentes. Comptez entre en 5 heures et 6 heures pour le boucler. On aurait aimé un peu plus, mais il faut dire que vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer.

Dans ce scénario digne de ceux de blockbusters hollywoodiens, on appartient donc à l’UNSA (United Nations Space Alliance) qui doit en découdre, comme nous l’avons vu, avec le SetDef.

La première mission se déroule sur Titan, le satellite de Saturne. Mais, bien entendu, on sera amené à évoluer sur d’autres planètes, telles que Mars ou encore la Terre. L’espace sera également votre nouveau terrain de jeu, avec des joutes spatiales à bord de votre Jackal. On peut même effectuer des sorties dans l’espace. Infinity Ward a donc joué la carte de la diversité et le pari est indéniablement réussi.

call-of-duty-infinite-warfare_c

Des célébrités avaient participé à la campagne marketing du titre, au gré de différents trailers. Le jeu tient ses promesses de ce côté-là, avec la présence de Kit Harrington en guest star ainsi que de David Harewood. Les doublages US bénéficient, eux, des voix de Peter Weller (Robocop) ou encore David Hasselof.

Le gampelay est ultra-dynamique avec les présence des wallruns et des sauts, aussi bien dans le solo que le multi.

Multi : il y en forcément un pour vous

La recette bien établie ne change pas fondamentalement. Qui s’en plaindra d’ailleurs .

Le mode Zombies est bien présent ; celui-ci existe depuis World at War.

On se retrouve ici dans un parc d’attractions futuriste des années 80, avec une ambiance plutôt bluffante.On va donc être bien évidemment confronté à des zombies mais également, parc d’attractions oblige, à des clowns… explosifs. De quoi passer d’excellents moments, avec de nombreux objectifs à la clef.

Mais, il y a aussi le mode multi qui permet de s’affronter sur différentes cartes.

Comptez 14 modes différents et, sans se tromper, on peut dire qu’il y a forcément un mode qui sera fait pour vous.

Voici la liste des modes : Match à Mort par Equipe, Ligne de Front, Domination, Recherche & Destruction, Elimination Confirmée, Mêlée Générale, Point Stratégique, Défense, Liaison, Démolition, Capture de Drapeau, Recherche et Sauvetage, Renfort et Dépôt.

Infinity Ward a globalement conservé le gameplay propre à Black Ops 3. Wallruns suivis de glissades et de sauts propulsés apportent ce dynamisme assez dingue au jeu. Attention tout de même à ne pas trop abuser de ces deux derniers, puisqu’il y a une jauge limitant un usage frénétique.

Des armures, façon Overwatch, sont là pour apporter quelque chose au jeu. Mais, les Perk et les Super propres à chaque armure ne changent pas fondamentalement la donne.

Sachez que techniquement, on est proche du sans-faute, même si on aurait toujours plus.
La prise en main est exempt de défauts et la bande sonore est à l’avenant.

call-of-duty-infinite-warfare_d

Conclusion

Le nouveau cru CoD place la barre toujours plus haut. Certes, d’aucuns regretteront que la licence CoD n’évolue que par changements incrémentaux. Mais, cela lui permet d’atteindre un niveau d’excellence assez bluffant. D’autant plus qu’on peut même dire qu’on dispose de presque 3 jeux en 1.

One comment to Test : Call of Duty : Infinite Warfare

  • DandyWahrol  says:

    Génial

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>